1.19.1 - Fiche analyse Virée légendaire

 
Ce que nous en avons pensé :
 

- Mariage réussi entre une visite qui sur la forme est captivante, pleine d’humour et d’entrain, et un contenu vraiment ancré sur le territoire, spécifique

- Démonstration de l’interactivité qu’offre le média humain par rapport à son public mais aussi par rapport à l’actualité locale et internationale

- Un produit touristique interprétatif original particulièrement adapté au public du 3ème âge

- Une prestation de comédiennes remarquable.

 

 
Le "plus" : 
 

- Le fort ancrage local : c’est ici, et nulle part ailleurs

- L’expression quasi exhaustive des nombreux enjeux liés à la moyenne montagne

- Le professionnalisme des guides-comédiennes ; la théâtralisation de la visite, l’énergie qu’elles dégagent

- Un zapping permanent entre passé – présent et futur.

 

mise à jour: 24/03/2009

Les 5 principes de l’interprétation

1. Exprimer et respecter l'esprit des lieux

2. Faire référence à des enjeux, provoquer la réflexion

3. Créer une relation avec les visiteurs, se mettre à leur portée

4. Faire vivre l'émotion, l'imaginaire, les questions

5. Utiliser des savoir faire

Exprimer et respecter l'esprit des lieux


 
  •  Esprit des lieux :

- La visite s’organise autour des spécificités locales, avec même une « personnalisation » des différents lieux : « la maison de untel, la grange de untel, etc. »…

  • Ancrage local :

- Il s’agit d’une véritable visite guidée du territoire, sous tous ses aspects (historiques, paysagers, économiques, légendaires,…)

- Elle se base sur un travail de collecte, notamment des contes et légendes

- Cette « lecture du pays », en apparence décalée, nous permet de comprendre un tas de choses sur ce territoire : par exemple les différents usages selon l’altitude, le fonctionnement des alpages, etc. Elle donne des clés et apporte un nouveau regard

- Utilisation du patois local et des différentes expressions, hautes en couleur, du parler local

- On termine par la visite à la fromagerie coopérative (une des dernières du secteur)

- On sent de la part de la comédienne une véritable connaissance du territoire traversé (sociale, politique, historique, économique…) et un vécu.

  • Population locale :

- Elle est présente à travers les anecdotes et les petites histoires personnalisées

- Les personnages-guides sont manifestement inspirés de personnages locaux.

  • Respect du site :

- Usage d’un moyen de transport en commun (à nuancer selon la taille du groupe…) 
 

  • Ambiances et respect du site :

- Le bus n’est pas un moyen bien propice au respect et à l’immersion dans les ambiances…

 

Faire référence à des enjeux, provoquer la réflexion

 
  • Enjeux évoqués :

- De nombreux enjeux sont évoqués, parfois l’air de rien ou en partant d’une anecdote, par exemple :

.  la problématique des petites stations de ski (pertinence des canons à neige à 1200 m. d’altitude !)

. l’entretien de l’espace par l’agriculture

. la modernisation des alpages (trayeuse de montagne, nouveaux outils…)

. l’influence de la religion

. l’histoire de la politique de « décentralisation industrielle » (usines qui ont aussi joué un rôle culturel, en amenant une autre culture…)

. la pression démographique qui liée à la perte de vitesse de l’agriculture entraîne la régression des alpages au profit des terrains à bâtir

. la « disneylandisation » du patrimoine

. etc.

- Des messages sont passés au travers des légendes et petites histoires : par exemple, message sur l’accueil et le partage au travers de la légende du déluge (au lieu-dit « Le Déluge »).

- Les enjeux autour de l’agriculture sont abordés aussi à la fruitière, qui clôt la visite ; ils peuvent y être approfondis sur les supports de la fruitière (fabrication du fromage, film, ordinateurs…)

- Les parti-pris de la comédienne sont forts, son discours est engagé.

  • Approche évolutive :

- La personne qui nous guide rebondit constamment sur l’actualité, et fait le lien entre enjeux locaux et enjeux plus généraux

- On navigue entre passé, présent et avenir : les temps sont mélangés.

  • Responsabilisation des visiteurs :

- La visite donne du sens à l’achat de produits à la fruitière

- Globalement, notre comportement vis-à-vis de la montagne est questionné (consommation touristique, perception de la montagne : est-ce un terrain de jeu ?)
 

  • Enjeux évoqués :

- Les parti-pris sont très forts. L’aspect subjectif et engagé de certaines prises de positions peut choquer, d’autant que la comédienne est dans un rôle et que par conséquent le visiteur n’a pas vraiment de possibilité de réponse (différence de « position» qui rend la prise de parole difficile).

  • Réflexions et discussions :

- La visite est menée tambour battant, le personnage parle tout le temps : le public n’a pas toujours l’espace pour réagir…

 

Créer une relation avec les visiteurs, se mettre à leur portée

 
  • Relation avec le public :

- Prestation bien conçue pour un public « sénior » (déplacement en bus, dégustations, contenus…)

  • Liens avec le quotidien :

- On découvre le quotidien des habitants du territoire d’une façon assez vivante et on peut comparer avec le nôtre.

  • Immersion, contacts, interactivité :

- De nombreuses questions sont posées au visiteur : d’où l’on vient, notre profession, etc.

- Le discours est adapté au public.

  • Convivialité :

- Partage de la « grolle » (breuvage… euh… on laisse la surprise !) dans un chalet d’alpage

- Dégustation à la fruitière.

  • Implication du visiteur :

- La visite laisse des portes ouvertes, des questions, une envie d’en savoir plus sur le territoire.

  • Lien avec le public :

- Le flot d’informations données (3 heures de discours non stop) est trop important : au bout d’un moment on déconnecte, ça part un peu dans tous les sens…

- Certains moments (comme le passage au chalet) ont un humour un peu « ras les pâquerettes »…

  • Interactivité :

- La prestation est très vivante mais reste assez peu interactive : on est en situation de spectateur la plupart du temps ; l’aisance des comédiennes peut créer un décalage avec le public (difficultés à réagir)

-Manque de moments de respiration, ce qui peut rendre le personnage oppressant

- Le moment au chalet (où une personne doit se dévêtir) peut être ressenti de façon assez violente et intrusive, d’autant que ce passage n’apporte pas grand chose (ne se rattache pas à un message).

 

Faire vivre l'émotion, l'imaginaire, les questions

 
  • Emotion, approche poétique :

- La virée légendaire propose une approche vivante et décalée, théâtralisée, d’un territoire

- La surprise de l’arrivée dans le bus d’un personnage coloré et décalé fonctionne très bien

- Beaucoup de petites anecdotes et histoires (le vagabond, la Résistance,…) qui amènent de la poésie et parfois de l’émotion.

  • Ambiances :

- La halte au chalet d’alpage permet une immersion, même courte, dans le milieu naturel, elle offre une bouffée d’oxygène après plus d’une heure passée dans un bus.

  • Moyens d’expressions :

- Il s’agit d’une expression théâtrale et d’un véritable travail de comédien(ennes).

  • Emotion :

- Le flot d’informations finit par fatiguer…

 

Utiliser des savoir faire

 
  • Démarche collective, appropriation par les locaux :

- L’écomusée Paysalp est bien ancré sur le territoire, et s’appuie sur un réseau de partenaires locaux (fromagerie coopérative de Mieussy, par exemple, mais aussi restaurateurs, hébergeurs, artisans…)

- La virée légendaire se nourrit depuis sa création d’une collecte de contes et légendes le long du circuit.

  • Professionnalisme :

- Grand professionnalisme des « comédiennes » : c’est une véritable prestation de « one (wo)man show » !

- Connaissance et maîtrise du territoire.

  • Supports et Médias :

- On voit ici à quel point le « média humain » permet des rebondissements, des adaptations (au public, à l’actualité…)

  • Compléments et renvois :

- Visite possible de la fruitière en complément de la virée légendaire

- La virée fonctionne comme un produit d’appel pour le territoire

- L’Ecomusée Paysalp propose un ensemble de découvertes complémentaires (expositions, musée paysan, visite du prieuré de St Jeoire, etc.)

  •  Méthodologie de l’interprétation (thème central, fil conducteur, etc.) :

- Il manque clairement une structure, une cohérence à cette visite qui a tendance à partir un peu dans tous les sens. Il nous semble que l’ensemble serait plus efficace avec quelque chose de plus structuré.

  • Supports et médias :

- Le bus peut s’avérer un moyen de transport assez inconfortable (notamment pour ceux qui ont le mal des transports) : plusieurs heures, c’est long et ça tourne…

 

Contenus de l'interprétation

Message : 

Le patrimoine haut-savoyard est riche de nombreuses histoires. On peut s’intéresser aux histoires du passé, tout en racontant aussi celles d’aujourd’hui.Chaque époque, y compris la nôtre, a ses petites histoires, ses petits conflits, son humour et ses tragédies.

Thème : 

On pourrait le formuler comme ceci :
« Chaque recoin de ce territoire raconte une petite histoire, qu’elle soit d’hier ou d’aujourd’hui… ».

Fil conducteur : 

D’étranges personnages-guides (la « Fouèse », la « Philomène »,…) nous font découvrir le territoire à travers un circuit en bus rocambolesque et mémorable ! Leurs histoires se calent sur les endroits qu’on traverse…

Médias : 

Visite guidée théâtralisée en bus.

 

retour à la fiche de présentation

Table des matières