1.17.1 - Fiche analyse Sentier du Bois de la Glière

 
Ce que nous en avons pensé : 
 

- Ce parcours d’interprétation a permis de fédérer les acteurs sur un travail commun.

- L’originalité du projet réside dans ses deux parcours offrant une approche différente et complémentaire (sensorielle et informative).

- Le parcours sensoriel permet une immersion et un contact direct avec l’ambiance préservée du site.

- Les réels enjeux du territoire ne sont pas exprimés.

- L’ancrage local au niveau du parcours informatif est succinct (pas de réelle spécificité)

 

 
Le "plus" : 
 

- Des mises en scène particulières d’éléments naturels offrant une immersion « engagée » (une aventure pour les plus jeunes), ludique, par l’éveil des sens sur un parcours au tracé non matérialisé au sol.

- Une bonne complémentarité des approches entre les deux parcours.

- Un message et des informations traités de façon simple et accessible.

mise à jour: 23/03/2009

Les 5 principes de l’interprétation

1. Exprimer et respecter l'esprit des lieux

2. Faire référence à des enjeux, provoquer la réflexion

3. Créer une relation avec les visiteurs, se mettre à leur portée

4. Faire vivre l'émotion, l'imaginaire, les questions

5. Utiliser des savoir faire

Exprimer et respecter l'esprit des lieux

 
  • Esprit des lieux :

- Nombreuses mises en scène (tunnels sous dalle de pierre, paillassons de cônes, passerelles de troncs, dalles inclinées d’observation…) élaborées à partir d’éléments naturels trouvés sur site.

- Réelle immersion dans l’ambiance du site qui nous permet d’oublier les pistes, les remontés mécaniques, le parking et les voitures…

  • Spécificité et ancrage local :

- Présentation de certaines activités locales : notamment de la spécificité des « corvées de menu produit » par rapport au droit d’affouage, pratique remise au goût du jour.

  • Population locale :

- Travail de collecte d'informations auprès de la population locale réalisé lors de l’inventaire des ressources

- Mise en valeur sur le parcours du quotidien et coutumes locales qui suscitent une fierté chez les habitants

  • Respect du site :

- Choix d'une approche particulière "parcours sensoriel" pour préserver l'ambiance naturelle du site

- Utilisation des potentialités du site, notamment mise en valeur des clairières existantes par la création d’aires de rencontre entre sentiers « informatif » et « sensoriel »

 
  • Spécificité et ancrage local :

- Globalement, le sujet développé, « paysage et forêt de montagne » est assez classique et certaines stations du parcours informatif pourraient se retrouver ailleurs.

Faire référence à des enjeux, provoquer la réflexion

 
  • Enjeux évoqués et approche évolutive :

- La découverte fait émerger la notion de biotope, d’interrelation entre les éléments, avec la place de l’homme dans le milieu

- La forêt nous apparaît comme patrimoine collectif qui est l’affaire de tous (forestier, habitants usagers, visiteurs…) et nécessite une gestion collective

 
  • Enjeux évoqués et approche évolutive :

- Les problématiques (conflits d’usage, amoncellement d’équipements, déséquilibre été / hiver dans l’offre touristique…) que rencontre le site et ses gestionnaires sont occultées

- Les enjeux évoqués ne sont pas très spécifiques

  • Responsabilisation des visiteurs ; Réflexions et discussions :

- Cet aspect est peu développé. Même si les parcours offrent des clés de compréhension du milieu, la découverte n’incite pas vraiment le visiteur à se placer dans une perspective d’enjeux locaux.

Créer une relation avec les visiteurs, se mettre à leur portée

 
  • Liens avec le quotidien :

- Sur les panneaux, de nombreuses comparaisons, métaphores en référence à des choses connues aident la compréhension.

  • Immersion, contacts, interactivité :

- Les deux parcours offrent une réelle interactivité : ils privilégient l’observation avant de fournir les explications, ils stimulent l’intérêt par des faits concrets, ils dirigent le regard du promeneur, éveillent ses sens sur un détail de forme, de couleur, de texture, de bruit ou d’odeur… afin d’exciter sa curiosité

- Plusieurs niveaux de lecture et de questionnements sont proposés

- Sur le sentier informatif, une harmonie esthétique se dégage des panneaux, l’illustration prédomine sur les textes, rendant attractif et accessible les contenus

- Des mises en scène (bouchardage d’une silhouette sur dalle inclinée, une loupe géante, banc pierres, promontoire sur univers de mousses aménagé sous forme de plongeoir…) incitent le visiteur à découvrir et à « entrer » dans le paysage

- La première clairière joue le rôle de « sas d’entrée » dans l’univers forestier, elle constitue un point naturel de rassemblement

- Le parcours informatif est sur un sentier à l’emprise suffisamment large pour que 2 personnes se croisent, ce qui lui confère un sentiment de sécurité et de confort. Parallèlement, le parcours sensoriel, offre une approche plus engagée, plus « aventure » avec un cheminement suggéré. Une famille peut se départager sur les deux itinéraires, ceux-ci offrant des haltes - passerelles permettant à la famille de se retrouver le long du parcours.   

 
  • Interactivité, implication des visiteurs :

- L’approche est interactive sur la forme mais beaucoup moins sur les contenus

- Pas de traduction dans d’autres langues (notamment en anglais)

Faire vivre l'émotion, l'imaginaire, les questions

 
  • Emotion :

- Sur le parcours informatif, le recours à des photos (anciennes et actuelles), des articles de journaux, des illustrations / à des mises en situation, mais aussi les mises en scène du parcours sensoriels créent des effets de surprise et mettent nos sens en éveil…

- Puissance du paysage et des points de vue qui nous sont révélés

  • Ambiances :

- L’effet de balisage de certains éléments naturels mis en scène a permis de limiter les interventions lourdes de terrassement, préjudiciables pour l’ambiance du parcours

- Progression depuis des ambiances fermés (mystérieuses, presque oppressantes) jusqu’à la sortie de forêt et un paysage grandiose qui s’offre au visiteur (bouffée d’oxygène)

  • Moyens d’expressions :

- Panel assez varié offert par le sentier sensoriel : différents modes d’approche qui incitent à se rapprocher, prendre du recul, regarder en haut, toucher (parcours de la corde les yeux bandés…)

- Le balisage de reconnaissance du parcours sensoriel est symbolisé par une « main » peinte au pochoir, l’approche est active

- Qualité des illustrations, très réalistes

 
  • Emotion :

- Pas vraiment d’histoire racontée

- Le sentier informatif reste globalement sur une approche assez didactique

Utiliser des savoir faire

 
  • Démarche collective, appropriation par les locaux :

- Travail d’équipe au travers d’un groupe de travail

- Réelle implication du maire dans le projet

- Parcours exploité par les Accompagnateurs locaux

  • Méthodologie de l’interprétation :

- Inventaire des ressources initial réalisé par une équipe pluridisciplinaire composée entre autre par deux artistes (photographe et plasticien), qui a permis de mettre en avant l’ambiance mystérieuse et préservée du lieu (pessière profonde)

  • Professionnalisme:

- Démarche participative dans la construction du projet (acteurs et population locale)

- Plusieurs niveaux de lecture, plusieurs approches (sensorielle et plus informative)

- Graphisme soigné et esthétique des panneaux

- Titres évocateurs des stations « panneaux »

  • Supports et Médias :

- Différentes mises en scène à base d’éléments naturels.
 

  • Méthodologie de l’interprétation :

- Thématique globale pas vraiment exprimée, ni travaillée, de laquelle découle l’absence de réel fil conducteur narratif

- Titre des parcours pas évocateurs

  • Supports et Médias :

- Manque d’originalité du média sur le parcours informatif

- On peut regretter que toutes les mises en scène n’aient pas été réalisées (claie..), les deux aménagements lourds « belvédères » ayant absorbé une bonne part du budget

 

Contenus de l'interprétation

Message : 

Le Bois de la Glière est un espace naturel où se côtoient de nombreux usagés : forestiers, visiteurs famille, locaux, écoles, naturalistes, sportifs…
Tous ont leur rôle à jouer dans la gestion et le maintien de la richesse du site.

Thème : 

Thème central peu spécifique car très généraliste : « La forêt, en tant que biotope, constitue un milieu vivant où tous les éléments sont en interrelation, l’homme ayant sa place dans ce milieu. »

Fil conducteur : 

Un personnage « lutin » assure le dialogue avec le visiteur et permet une certaine continuité sur la forme de la découverte (sur le fond, cette continuité manque).

Pas de fil conducteur narratif.

Médias : 

Panneaux type table de lecture + belvédères aménagés + mises en scène réalisées à base d’éléments naturels prélevés sur site

 

retour à la fiche de présentation

Table des matières