1.8.1 - Fiche analyse Banne « l’histoire des arbres du Bois Commun »

 
Ce que nous en avons pensé : 

- Le projet permet de faire connaître des vestiges miniers enfouis sous la végétation et des les mettre en perspective avec un enjeu majeur de notre société : la production et l’approvisionnement en énergie.

- Belle mise en scène du lieu.

- Le thème fédérateur (lié aux énergies) se dévoile peu à peu au fil du parcours.

- Deux itinéraires proposés, dont l’un qui permet une découverte plus personnelle et plus instinctive du site.

- Un livret de grande qualité esthétique, mais dont la densité de texte peut rebuter (même si, une fois la lecture commencée, le texte devient attractif)

- Un parcours qui globalement manque d’interactivité.

 

 
Le "plus" : 

- Les choix proposés aux visiteurs par rapport au devenir du site au travers de différents scénarii.

- La qualité et la subtilité des mises en scène des vestiges sur le terrain.

- La définition du thème central, véritable colonne vertébrale de la découverte proposée

- La qualité du graphisme et l’esthétique qu’offre le livret

- La qualité des aménagements sur le cheminement du parcours (travail des Brigades vertes locales)

 

mise à jour: 24/03/2009

Les 5 principes de l’interprétation

1. Exprimer et respecter l'esprit des lieux

2. Faire référence à des enjeux, provoquer la réflexion

3. Créer une relation avec les visiteurs, se mettre à leur portée

4. Faire vivre l'émotion, l'imaginaire, les questions

5. Utiliser des savoir faire

Exprimer et respecter l'esprit des lieux

+
  • Esprit des lieux :

- Le parcours permet une immersion qui nous révèle les vestiges de l’épopée minière qui anima le lieu pendant près d’un siècle.

- L’esprit des lieux est personnifié par un personnage étrange et imaginaire, Sylvestre des Bartres, qui nous raconte l’histoire du site.

- Le parcours vert permet de pousser un peu plus loin la découverte de ces vestiges, par un contact direct, sans commentaire, sur site. Les vestiges nous parlent, notre imaginaire est amplifié.

- Les vestiges sont bien utilisés

- Les photos d’époque placées sur le site permettent de renforcer les ambiances

- Le viaduc, utilisé comme « sas d’entrée », offre une belle entrée en matière

  • Spécificité et ancrage local :

- On comprend bien pourquoi cette ressource locale (le charbon) et l’activité qu’elle a générée ont permis d’enrayer localement l’exode rural de l’époque suite à la déprise agricole.

  • Population locale :

- Nombreux témoignages d’anciens mineurs et petites histoires locales.

  • Respect du site :

- Sur le terrain, par station, choix d’un support panneau de petite taille sur lequel est privilégiée l’esthétique (dessin + titre) pour une bonne intégration sur le site. « L’information » est consignée dans un livret d’accompagnement. Le site reste ainsi vierge, authentique en terme d’évocation.

- Les aménagements, passerelles, escaliers, mise en sécurité du site, ainsi que l’ensemble des mises en scènes, sont harmonieuses par rapport au site et à son histoire.    

  • Esprit des lieux :

- Le viaduc n’est pas assez exploité en tant que sas d’entrée ; il aurait pu être mis en scène de façon plus explicite

Faire référence à des enjeux, provoquer la réflexion

+
  • Enjeux évoqués et approche évolutive :

- On comprend comment s’est formé le charbon.

- La découverte de ces anciennes mines de charbon est un tremplin habillement utilisé pour amener les visiteurs sur des questions contemporaines que sont la gestion des paysages et les sources d’énergie. On crée ainsi un lien passé / présent / futur.

- L’histoire du Bois Commun ainsi présentée ne s’arrête pas aux mines et à l’abandon : on découvre que cette histoire a donné naissance à une autre ressource énergétique…

- La chronologie est bien resituée tout au long du parcours, le projet permet une mise en perspective historique.

- Le final du parcours avec une présentation en enfilade de tous les panneaux - dessins des différentes stations, met en perspective toute l’histoire racontée.

  • Responsabilisation des visiteurs :

- En fin de parcours, le visiteur est questionné sur le devenir de ce lieu. 5 scénarii lui sont proposés, c’est à lui de faire son choix. Il peut également imaginer d’autres scénarii et consigner ses idées sur une carte dont le destinataire est le point info de la commune.

  • Réflexions et discussions :

- Des questions sont posées par rapport aux différentes sources d’énergie, les énergies renouvelables ou non, l’exploitation raisonnée, le développement de filière locale…

  • Approche évolutive :

- Le contenu est tout de même très axé sur le passé

  • Réflexions et discussions :

- De par la complexité du sujet développé, ainsi que la richesse des informations apportées, les enjeux évoqués ne sont pas vraiment accessibles pour les enfants.

Créer une relation avec les visiteurs, se mettre à leur portée

+
  • Liens avec le quotidien :

- A l’échelle d’une vie humaine, l’on prend conscience de comment un paysage peu évoluer.

- A travers les témoignages, les anciennes photos et les évocations, on a un aperçu du quotidien des mineurs de l’époque.

- Le quotidien des mineurs est agréablement présenté : leur dur labeur mais aussi les moments plus conviviaux de fêtes et de buvettes.

  • Immersion, contacts, interactivité :

- Immersion dans le site et échelle du temps que l’on remonte efficaces au travers du franchissement du viaduc, au départ du sentier (sas d’entrée).

- Mises en scène des vestiges particulièrement réussies qui favorisent l’immersion dans ce passé minier. Exemple : au niveau du grand plan incliné, une photo d’époque présente le lieu en activité, le wagonnet ainsi qu’une partie de la façade du cabanon présent sur la photo ont été mise en scène sur le lieu. Le long du cheminement, des objets (briques, pièces métalliques, débris de charbon…) ont été déposés.

- Le choix du cheminement du parcours s’apparente à un jeu de piste à la découverte des vestiges.

- Liberté de choisir une boucle qui nous fait découvrir d’autres vestiges.

- Incitations à chercher sur le terrain (les vestiges, les arbres, le charbon…).

  • Implication du visiteur :

- On comprend en voyant.

- La visite est guidée. C’est Sylvestre des Bartres, personnage amoureux du site et de son histoire, qui, au travers du livret, nous accompagne dans la découverte.
 

  • Liens avec le quotidien :

- Pas ou peu de lien avec les différentes sources d’énergies utilisées par nous même ou nos grands-parents.

- Pas assez de références comparatives sur l’énergie que produisent les différents combustibles.

  • Interactivité, implication des visiteurs :

- Pas assez d’interactivité et de participation du visiteur sur la boucle jaune, excepté pour le choix des scénarii. Le visiteur n’est pas assez mis en situation, notamment par rapport au travail pénible des mineurs de l’époque. On donne plus à voir qu’à faire.

- Discours ciblé sur un public adulte.

- Pas de traductions du livret

  • Approche sensorielle :

- Manque de diversité des sens sollicités : on aurait pu utiliser des ambiances sonores, par exemple.

Faire vivre l'émotion, l'imaginaire, les questions

+
  • Emotion :

- Excitation de découvrir les vestiges, on se sent dans la peau d’un explorateur. On reconstitue dans sa tête les ruines.

- Comparaison photos anciennes / site actuel

- Les témoignages des mineurs sont émouvants

  • Ambiances :

- Grâce aux mises en scènes, les ambiances du site lors de son activité sont bien perceptibles. L’installation de tables de pique-nique à l’emplacement de l’ancienne « buvette volante » est une invitation à récréer l’ambiance qui régnait à l’époque.

  • Moyens d’expressions :

- Approche poétique et symbolique de la station « la faille dans la roche » : 300 millions d’années d’histoire résumés sous nos yeux.

- Des colonnes de bois en enfilade, avec des hauteurs proportionnelles aux effectifs de mineurs au cours du temps, nous permettent de bien visualiser les pics d’activité de la mine.

  • Imaginaire :

- Manque de lisibilité du personnage de Sylvestre des Bartres : le fait qu’il soit « désincarné », pas matérialisé, peut empêcher de créer un lien affectif avec lui.

  • Moyens d’expression :

- Une approche artistique (sculpture…) aurait peut-être permis d’évoquer de façon plus intense l’ambiance du site

- Le texte du livret est très dense et peut rebuter d’emblée certaines personnes.

Utiliser des savoir faire

+
  • Démarche collective, appropriation par les locaux :

- Témoignages d’habitants et d’acteurs locaux.

- Forte implication des élus locaux (maire et conseillers).

  • Méthodologie de l’interprétation :

- Mise en oeuvre de la méthodologie de l’interprétation (comité de pilotage, inventaire des ressources, thème central, synopsis…).

- Emergence progressive, au fil du parcours, du thème de l’énergie qui relie peu à peu toute l’histoire du site.

  • Professionnalisme :

- Démarche participative dans la construction du projet (acteurs et population locale, spécialiste des mines…). Forte implication des Brigades vertes locales, animées par le Syndicat intercommunal (SIDET des Vans), qui ont réalisé le travail sur le terrain.

- Plusieurs niveaux de lecture (notamment dans le livret). Texte bien écrit, qui « prend par la main ».

- Graphisme et illustrations de qualité.

  • Supports et Médias :

- Harmonie entre mobiliers de terrain et livret d’accompagnement.

- Différentes mises en scène. Très beau travail sur le site : mise en valeur des ruines, débroussaillage, intégration d’escaliers, de passerelles, petites mises en scène réalisées avec des objets trouvés sur place.

- Le mobilier de terrain peut constituer un support d’animation pour la construction d’une visite guidée (accompagnateur, interprète du patrimoine…).

- Un parcours est dédié à des visites guidées plus approfondies sur l’histoire des mines.    

  • Démarche collective, appropriation locale :

- Le conseil municipal de la commune a changé et les nouveaux élus ne semblent pas aussi impliqués dans le projet. Les choix d’interprétation ne sont pas forcément appropriés par la nouvelle équipe et par une partie des habitants (notamment le fait que les panneaux sur le terrain sont délibérément vierges de textes ; certaines personnes locales auraient aimé un sentier plus informatif, présentant de nombreux détails historiques et scientifiques sur les mines…)
 

Contenus de l'interprétation

Message: 

Faire comprendre que ce paysage est le résultat d'une exploitation minière (incompréhensible au départ : on voit un pont et des arbres…).

Notion de gestion d'une ressource : diverses ressources correspondent aux nécessités de différentes époques, ainsi qu’à une vision du territoire et du monde qui nous entoure.

L'appropriation d'un territoire par l'homme pour ses ressources évolue ainsi que le mode de gestion mis en place.

Les interventions passées et présentes, naturelles et humaines, modifient l’environnement des générations futures.

Les arbres étaient là bien avant nous, et seront vraisemblablement là bien après le dernier humain.

Thème: 

Les arbres du Bois Commun racontent une histoire déterminante pour les ressources en énergie et la vie du village de Banne, qui remonte à 300 millions d'années.

Fil conducteur: 

On suit l’histoire des arbres du Bois Commun de Banne.
Sylvestre des Bartres, notre guide dans le livret d’accompagnement, est un fil conducteur technique ; il est le passeur, le conteur de cette histoire.

Médias: 

Panneaux verticaux, livret, mises en scènes diverses

 

 

retour à la fiche de présentation

 

 

Table des matières