1.1.1 - Fiche analyse Carnaval des insectes, Micropolis, la cité des Insectes

 
Ce que nous en avons pensé

- Un parcours ludique passionnant pour petits et grands. Une approche imaginaire tout à fait originale.

- Un complément indispensable à l’espace intérieur, qui permet une découverte in situ et plein air du monde fascinant des insectes.

- Une créativité artistique sans pareil, qui rend le visiteur acteur de cette histoire fiction.

- L’espace intérieur de Micropolis recèle aussi des points forts de l’interprétation : design du bâtiment qui rappelle un insecte, nombreuses mises en scène à l’intérieur, références au quotidien (comment la morphologie des insectes a inspiré des inventions humaines, les influences positives et négatives des insectes sur la vie des humains, etc.), espace ludique pour les enfants : c’est un espace muséographique de qualité, à voir également.

 

 
Le "plus": 

- L’esprit ludique type spectacle-fiction (sur des faits réels !) du parcours accessible aux petits et grands.

- Le travail remarquable de scénario et de réalisations artistiques des mises en scène (plus d’une centaine d’insectes géants).

 

mise à jour: 12/05/2009

Les 5 principes de l’interprétation

1. Exprimer et respecter l'esprit des lieux

2. Faire référence à des enjeux, provoquer la réflexion

3. Créer une relation avec les visiteurs, se mettre à leur portée

4. Faire vivre l'émotion, l'imaginaire, les questions

5. Utiliser des savoir faire

Exprimer et respecter l'esprit des lieux

+
  • Spécificité et ancrage local :

- Spécificité liée au fait que Micropolis, la Cité des insectes, est installée à proximité du village de Saint-Léons, où se trouve la maison où naquit en 1823 l’entomologiste reconnu Jean-Henri Fabre.

- C’est un peu comme si le rêve de J-H Fabre se réalisait : ici, tout tourne autour de l’inspiration de ce grand Monsieur.

- Des citations du naturaliste Fabre sont mises en scènes.

  • Ambiances et respect du site :

- Travail remarquable d’intégration paysagère pour les 12 stations : utilisation de matériaux locaux, tels la pierre sèche où le tressage de châtaignier.
- Les automates insectes s’intègrent dans le paysage ; des mises en scène qui privilégient le regard sur la nature environnante.

_

  • Spécificité et ancrage local :

- On aurait aimé avoir plus de renseignements sur la richesse entomologique de ce coin de l’Aveyron. Micropolis n’est pas une vitrine de la diversité naturaliste du territoire aveyronnais.

  • Ambiances et respect du site :

- L’immersion dans le monde vivant des insectes présents sur site est sommaire.

Faire référence à des enjeux, provoquer la réflexion

+
  • Enjeux évoqués :

- Ce parcours nous permet de mieux comprendre toute la diversité et la richesse de la vie des insectes, mais aussi leur rôle essentiel dans le monde des vivants (recyclage des déchets, prospérité des plantes à fleurs…). C’est une mise en lumière sur ce monde minuscule et invisible auquel on ne prête pas vraiment attention.

  • Responsabilisation des visiteurs - réflexions :

- En se retrouvant d’égal à égal (en taille) avec les insectes, on porte un autre regard sur ces êtres que l’on écrabouille trop souvent.

- Le visiteur est interpellé en fin de parcours au travers d’une mise en scène souterraine remarquable, pour signer un pacte d’amitié avec les insectes, un pacte de non agression et de respect mutuel. A la fin du parcours, il doit matérialiser son engagement en apposant son empreinte de doigt sur une feuille.

-La découverte nous permet de ne plus considérer hâtivement les insectes comme des nuisibles.

- Le visiteur prend peu à peu conscience d’une part de l’étroitesse des relations entre humains et insectes, d’autre part de la fragilité de notre monde commun. Le rôle des insectes dans l’équilibre de la planète est ainsi mis en avant.

- En fin de parcours, le visiteur est incité à réfléchir sur sa relation avec le monde des insectes.

 

  • Approche évolutive :

- Cette approche n’est pas abordée dans le parcours. Mais le parcours plein air est complémentaire de l’espace intérieur, où un nouvel espace (nouveauté 2008) « éveil à la biodiversité » aborde ces aspects.

  • Enjeux évoqués :

- Des aspects parfois assez manichéens qui peuvent biaiser la réflexion, notamment chez les plus jeunes : mise à mort des « ennemis des insectes », parmi lesquels les oiseaux et les serpents ; cela n’aide pas à comprendre la nécessité de la prédation dans le monde animal et peut donner l’impression que ces prédateurs sont « méchants » !

Créer une relation avec les visiteurs, se mettre à leur portée

+
  • Immersion, contacts, interactivité :

- Tout le scénario est conçu pour permettre au visiteur de se mettre à la portée du monde des insectes. Le scénario de l’histoire que l’on nous propose de suivre inverse les rôles : c’est nous les humains qui nous sentons tout petit face à des insectes géants qui font le spectacle.

- L’immersion est efficace, nous sommes accueillis, après une ascension dans un tunnel tressé en branches de châtaignier, par la reine des fourmis, créature articulée de 2 mètres de haut, qui nous invite aux festivités qu’elle organise.

  • Lien avec le quotidien :

- Des clins d’œil avec le monde humain sont utilisés tout au long du parcours : l’écloserie et pouponnière où les cocons se transformeront est présentée comme une mercerie où l’on prépare les costumes, les insectes musiciens répètent, le chef d’orchestre prépare la grande parade…

  • Participation du visiteur :

- On est dans une balade ludique, un film où chaque station (12 au total) est une séquence. On se sent aspiré par la fraîcheur et l’originalité des mises en scènes.

- Notre participation physique est requise à plusieurs moments : crapahutages pour les enfants, qui sont invités à explorer les sculptures, toboggan, danse au bal avec la guêpe...

  • Relations avec la population locale :

- A la fin, renvoi sur la visite de la maison de J-H Fabre.

Faire vivre l'émotion, l'imaginaire, les questions

+
  • Ambiances et histoire racontée :

- Nous sommes conviés par la reine des fourmis, maîtresse des cérémonies, à suivre la préparation du carnaval des insectes. En rythme, en musique, le visiteur déambule parmi les comédiens d’un spectacle surprenant : depuis la régie générale, la loge de l’artiste l’atelier de fabrique des costumes, l’orchestre, les chars pour la parade… Fourmis, mantes, papillons, criquets, cigales, abeilles, lucanes…sous forme de sculpture et automates géants en métal sont mis en scène.

  • Emotion :

- La qualité des mises en scènes, sculptures, décors, mise en peinture nous plonge dans une atmosphère particulière et nous fait ressentir les choses différemment.

  • Diversité des moyens d’expression :

- Chaque station est une petite œuvre d’art. Festival des sens, notamment sonore, ça crisse, ça vibre, ça chante. L’interprétation musicale est émouvante, le clou du spectacle étant la scène du jugement : la mise à mort spectaculaire d’une sculpture géante à plusieurs têtes symbolisant les ennemis des insectes


Utiliser des savoir faire

+
  •  Professionnalisme, supports et médias :

- Intervention de professionnels : une réalisation remarquable et originale de Guy Brun et de son équipe pluridisciplinaire.

- Les mises en scène sont une interprétation fidèle de la réalité (les oothèques de la mante, le crache-sang du jugement dernier…), cautionnées par les scientifiques

- Bonne résistance au temps des sculptures et mécanismes.

  • Animations complémentaires :

- Nombreuses animations en lien avec Micropolis : colloques scientifiques ; jeux pour éveiller les sens au travers d’une balade plein air ; visite de ruches et dégustation de produits base de miel, fabrication par les enfants de bougies à base de cire ; animation autour des acariens, dégustation de fromage de fromage aux acariens ; autres ateliers ludiques et pédagogiques ; exposition de sculptures…

- Bonne complémentarité avec l’espace intérieur de Micropolis
 

_
  • Démarche collective, appropriation par les locaux :

- ?
Nous n’avons pas réussi à avoir des informations sur cet aspect…

Contenus de l'interprétation

Message: 

 Pacte que signe le visiteur en fin de parcours :

« Nous humains, visiteurs de Micropolis, remercions les insectes d’exister et nous engageons désormais à les comprendre et les respecter pour notre bien à tous, chacun selon sa place dans la nature.
Nous humains, promettons de ne plus considérer les insectes comme des nuisibles, des ennuyeux, des rien du tout, des affreux, des ennemis qu’on écrabouille systématiquement.
Nous humains, renonçons à utiliser contre leurs agressions des armes disproportionnées, chimiques et polluantes.

Avec le peuple des minuscules pour l’équilibre de la planète. »

Thème: 

Pour comprendre et respecter les insectes, il faut accepter pour un moment d’inverser les rôles et de voir le monde avec leur regard.

Fil conducteur: 

- Histoire narrative de l’organisation du Carnaval des insectes.
- La reine des fourmis, chef d’orchestre du Carnaval. 

Médias: 

sculptures géantes, insectes automates, décors pour les mises en scènes.

 

retour à la fiche de présentation

 

Table des matières